Rubrique Manuscrits
Présentation


L’accès aux documents
Ce schéma est concrétisé à partir de la page web : Ressources.webloc
Les diversités de provenance et de classification des rituels amènent à un effort de classification que nous devons expliciter ici.

 
 

Le classement de la documentation.
Le classement des documents maçonniques dépend de leur nature.
• Sont classés sous l’appelation “RITUEL“ tous les écrits ayant une valeur initiatique : rituels, tuileurs, catéchismes…
• Sont classés sous l’appelation “DOCUMENT “ tous les écrits administratifs.

A-Les RITUELS.
Leur référencement comprend trois parties :
-une partie commune ;
-une partie spécifique au statut du document ;
-une partie comportant la cote spécifique du document.
Chaque partie étant séparée de la précédente par un tiret-bas ( _ ), afin de faciliter les éventuels tris informatiques, les divers éléments de la même série étant séparés par des tirets hauts ( - ).


1- Partie commune.
Elle se compose de la lettre R, est suivie d’un groupe de deux chiffres correspondant généralement au degré du REAA, et terminée par une lettre.
-Lorsque :
•le rituel référencé est un rituel isolé faisant partie de l’écossisme primitif n’ayant pas été inclus tel quel dans le REAA, il prend le code chiffre 00.
•le rituel a changé de nom pour être intégré dans le REAA, il prend le numéro de son degré REAA, même s’il fait partie d’un corpus codé 90.
•il s’agit d’un corpus de plusieurs degrés de l’écossisme primitif, il prend le code 90.
•le Corpus contient les 33 actuels degrés du Rite, il prend le code 99.
-La lettre terminale est :
•E pour extrait si le rituel est un sous multiple d’un corpus de rituel bien défini (un livre, une liasse) enregistré sous la même cote ;
•I pour isolé si le rituel est indépendant ;
•C s’il s’agit d’un corpus contenant plusieurs rituels.
Exemple : R-05-E signifie qu’il s’agit d’un rituel du 5e degré appartenant à un corpus plus
important de rituels.
R-05-I signifie qu’il s’agit d’un rituel isolé du 5e degré.
R-00-I signifie qu’il s’agit d’un rituel isolé de l’écossisme primitif.
R-90-C signifie qu’il s’agit d’un ensemble de rituels appartenant à un corpus plus important de rituels de l’écossisme primitif.
R-99-C signifie qu’il s’agit d’un corpus de rituels du 1e au 33e degré du REAA.2-

2- Partie spécifique.
Elle diffère selon que le rituel est localisé en France ou à l’éranger ; qu’il s’agit de la collection d’une institution (publique ou privée) ou d’une collection particulière.
21- Les institutions publiques et privées en France.
La codification internet FR précède la classification qui est ensuite appliquée : Code postal en cinq chiffres suivi du code de l’institution .
Exemple : FR-69000-BMW signifie que le document est localisé en France, à Lyon (69000) à la Bibliothèque de la Part Dieu (fonds Willermoz).
22-Les institutions étrangères.
Lorsqu’il s’agit de rituels détenus à l’étranger, ceux-ci –après le premier ensemble des lettres et chiffres communs à tous- ont une classification comprenant
-Les deux lettres de la codification internet du pays
-L’organisme détenteur
Chaque groupe de lettres étant séparé par un tiret haut ( - ).
Exemple : NL-GOPB = Hollande, Grand Orient des Pays-Bas.
23-Les collections particulières.
Après le premier ensemble des lettres et chiffres communs à tous- leur référencement comprend les lettres CP suivies de l’initiale du prénom et des trois premières letres du nom du détenteur. Lorsque le détenteur désire ne pas être connu , le sigle CP est suivi de XXXX.
Exemple : CP-JDUP signifie que le document appartient à la collection particulière de Jean Dupont.
24-Rituel de localisation inconnue.
Quelle que soient les motifs de sa non localisation, il prend la cotation XXXX.


3- Partie comportant la cote spécifique du document.
Cette cote est celle du classement de l’institution ou de la personne privée qui détient le document. Exception est faite pour les documents numérisés par la fondation Latomia qui prennent la cote donnée par la fondation.
Les documents sont précédés du sigle Ms pour manuscrit et Im pour imprimé.
Lorsque aucun classement n’a été prévu par le détenteur, une référence arbitraire est attribuée au document. Cette référence est chronologique. L’indication du caractère arbitraire de cette référence est signalé par la lettre Z suivant les sigles Ms ou Im.
Exemple : MsZ00126 signifie qu’il s’agit d’un document manuscrit non référencé par son détenteur, mais référencé par la base de données sous le numéro 00126.
En résumé,
Partie générale Partie spécifique Cote spécifique
R-05-E FR-69000-BMW Ms3520
signifie qu’il s’agit d’un rituel du 5e degré (faisant partie d’un ensemble de rituels) localisé à la bibliothèque de la Part Dieu à Lyon sous la cote Ms 3520.B-Les B-Les Documents.


1-Partie commune.

Elle s’inspire de la classification de la Bibliothèque Nationale ; les deux premiers sigles seront donc :
D1 = Administration
D2 = Archives des Loges
D5 = Images tableaux, diplômes…
D6 = Manuscrits à auteur (correspondances…)
2- Partie spécifique.
Classification comparable à celle des Rituels
3- Partie comportant la cote spécifique du document.
Classification comparable à celle des Rituels

Chaque fichier de document ou rituel sera en outre précédé d’une fiche explicative. Exemple en annexe 2.Ce projet de classification prévoit à la fois de concerver dans un fichier unique un ensemble de documents originellement reliés ensembles (comme le manuscrit “Tarade“ par exemple), et de le scinder en autant de fichiers que de grades ou d’objets différents afin de pouvoir faciliter les recherches ultérieures sur un sujet bien déterminé.
La classification semble difficile au premier abord, mais elle est indispensable pour lister de manière individuelle tous les fichiers numérisés sans risue de doublon.
Naturellement, ce n’est qu’une possibilité susceptible de modification ou de total changement, si nous trouvons mieux.


Un classement de type «, ‘ bibliothèque » a été adopté avec des rubriques permettant des recherches multiples
Les rubriques sont les rubriques classiques d’un logiciel de données de bibliothèque, c’est-à-dire :


<<Auteur ou nom revue ou L…>>, << Année >>, << Titre >>, << Editeur, lieu >>, << Format >>, << Nombre de pages >>, << Type de reliure >> << Etat >> << Frontispice, Illustrations >> << Commentaires >> images 1, 2, 3
Dans la rubrique “auteur” lorsqu’il ne s’agit pas d’un auteur en propre est mentionné suivant le cas le nom de l’obédience, de la loge ou de la revue. Plusieurs noms peuvent être mentionnés de manière à faciliter l’identification et la recherche.
Une base de donnée imprimés FM est recouvre l’ensemble de la littérature maçonnique et antimaçonnique.

 
Contact - LIENS : - Suprême conseil de France - AMMLA - Archives - Ordo ab Chao